L’ésotérisme des Néfilims.
Ce forum est libre d’accès aux visiteurs, mais connectez-vous vous donnera d’autre avantage !

L’ésotérisme des Néfilims.

Parler de magie à l’état pure, car toute philosophie est bonne à prendre, celui qui l’ignore est un sot qui s’ignore.
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion
.............Bonjour, et merci de votre visite, n’oubliez pas de répondre aux sujets, de poser des questions, ce forum est là pour vous aider du mieux possible. Bien à vous Cristta & Lionel de Sirius...........
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Partenaires
Sujets les plus vus
pyramide a souhait
Les phases de la lune, et les travaux magiques.
Mots magiques
comment se servir de son pendule
[Lithothérapie] Graphiques émetteurs pour purifier et recharger ses pierres
Le S.C.A.P. Ondes de formes et dessin agissant.
pendule de thoth ou de thot
Qu'est-ce que l'Orgonite ?
MUSIQUE MAGIQUE
Pendule Radiesthésie planche cadran.
Mots-clés
reiki astrologie spiralitor talisman pour souhait mots radionique lune magie bague faraon runes azurite pyramide encens planche lithothérapie revati pyramides pentadôme pendule rituel pierre bougies magique

Partagez | 
 

 KEPLER-186F, UNE AUTRE TERRE À 490 ANNÉES-LUMIÈRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Administrateur du forum
Administrateur du forum
avatar

Date d'inscription : 31/10/2009

MessageSujet: KEPLER-186F, UNE AUTRE TERRE À 490 ANNÉES-LUMIÈRE   Dim 4 Mai 2014 - 11:36


Une vue d'artiste de Kepler-186f publiée par la Nasa. Il est évidemment impossible de l'observer réellement de la sorte.


L’annonce par la Nasa, tel un tsunami, a fait le tour du monde en quelques minutes, et son onde de choc a fait frémir la Galaxie entière… L’équipe internationale de Elisa Quintana, utilisant le satellite américain Kepler, a découvert, dans la constellation du Cygne, une « planète habitable », désormais célèbre sous le nom de Kepler 186 f. Mieux, Kepler 186 f serait une « sœur jumelle de la Terre » ! Parmi la multitude d’informations délivrées par les communiqués de presse évoquant la grande nouvelle, relevons « la possible existence d’eau liquide sur Kepler 186 f – à condition toutefois qu’il y ait de l’eau sur cette planète » : les astronomes ne manquent pas d’humour, fut-il involontaire. L’eau liquide, donc la vie : dans les médias, la planète Kepler 186 f est passée vite du statut de planète habitable à celui de planète habitée : « On imagine quelle couleur les plantes pourraient avoir à cause de la photosynthèse. Elles seraient probablement plus jaunes, à cause de la couleur différente de l’étoile », a ainsi expliqué Thomas Barclay. Un journaliste ? Non, pire, un des astronomes qui a participé à la découverte…
Bien : de l’eau, de la vie, des exoplantes, sur cette planète. Mais, n’est ce pas aller un tout petit peu vite en besogne ? Concrètement, à quoi ressemble-t-elle, cette planète Kepler 186 f ? A rien, elle ne ressemble à rien, car nous ne savons rien, ou presque, d’elle. Elle a été découverte par le satellite Kepler, qui a mesuré, des années durant, la luminosité d’une centaine de milliers d’étoiles de la constellation du Cygne. Objectif ? Repérer parmi cette myriade d’étoiles celles présentant des baisses de luminosité cycliques. En clair, des éclipses de leur étoile par des planètes, que les astronomes appellent des transits. Après trois éclipses – séparées par une période strictement similaire, et d’une durée semblable – la messe était dite, Kepler avait détecté le passage régulier d’une planète devant son étoile. Cette technique des transits, remarquablement efficace, est soutenue, avec de grands télescopes au sol, qui permettent d’établir le type, la masse, le diamètre et la distance de l’étoile, et tentent de confirmer l’existence de la planète par une technique différente, celle des perturbations gravitationnelles. Une fois toutes ces vérifications réalisées – il existe de nombreux exemples d’exoplanètes annoncées qui se sont ensuite discrètement évaporées dans les limbes de l’histoire des sciences – il suffit de calculer le diamètre de la planète par rapport à celui de son étoile. C’est la baisse de luminosité de l’étoile qui donne presque directement cette mesure du diamètre.
Revenons à notre « planète habitable ». Kepler 186 f fait partie d’un système de cinq planètes, Kepler 186 b, c, d, e, f, qui tournent autour d’une étoile de la constellation du Cygne. Laquelle, Kepler 186, donc, ne ressemble pas au Soleil : il s’agit d’une étoile naine rouge, environ deux fois plus petite, deux fois moins massive et dix fois moins lumineuse que notre étoile. La planète Kepler 186 f, quant à elle, sensée, donc, être une « sœur jumelle » de la Terre, est à peine plus grande que celle-ci, elle doit mesurer environ 15 000 kilomètres de diamètre. De la périodicité de ses transits, la période de révolution de la planète autour de son étoile est connue : 130 jours, soit un peu plus de quatre mois. Les lois dites de Kepler, l’astronome de la Renaissance contemporain de Caravage, qui a donné son nom au télescope spatial de la Nasa, permettent de calculer la distance de la planète à l’étoile : 53 millions de kilomètres, soit le tiers de la distance de la Terre au Soleil. Or, comme l’étoile Kepler 186 est plus froide que le Soleil – sa température de surface avoisine 3500 °C, contre 5500 °C pour le Soleil – et prodigue beaucoup moins de chaleur et de lumière, Kepler 186 f est sensée se trouver dans la « zone habitable » de son étoile. La zone habitable, comme chacun sait, est une invention anthropocentrique des astronomes, qui, observant que le seul exemple de vie connue dans l’Univers se trouve sur une planète où coule de l’eau, se disent que toutes les planètes où coulent de l’eau peuvent être habitées. Ils cherchent, donc, d’autres « Terre » et, avec Kepler 186 f, alléluia, l’ont (presque…) trouvée !
Sauf que. Glissons sur le fait que les caractéristiques de la Terre ne se limitent pas à son diamètre, c’est une planète dotée d’un énorme satellite, la Lune, d’une tectonique des plaques, d’un champ magnétique puissant, d’énormes quantités d’eau en surface, d’une atmosphère, etc… Personne ne sait laquelle, lesquelles, de ces caractéristiques, a permis à la vie d’émerger sur Terre, personne ne sait si l’apparition de la vie est un phénomène automatique, rare, rarissime, personne ne sait si, si la vie existe ailleurs, elle est apparue sur des planètes ressemblant à la Terre, ou, par exemple, à Europe ou Encelade, ces banquises célestes situées hors de la « zone habitable ».
Plus amusant, personne ne sait, évidemment, si Kepler 186 f est dotée d’une atmosphère, quelle température règne à sa surface et si de l’eau y coule. Il n’est même pas sûr que sa rotation ne soit pas verrouillée sur sa révolution, ce qui amènerait notre planète habitable à présenter une face éternellement tournée vers son soleil rouge, l’autre perpétuellement tournée vers la nuit. Drôle de « sœur de la Terre » non ? De l’eau ? Peut-être. Autant que sur Vénus ou sur Mars peut-être ? Ne plaisantons pas… En fait, certains chercheurs travaillant sur les disques protoplanétaires qui se forment autour des naines rouges affirment qu’ils sont déficitaires en eau. D’autres contestent ces conclusions. Bref, on ne sait pas, on ne sait rien des conditions physiques régnant à la surface de Kepler 186 f, ce qui est sûr, en revanche, c’est que le raz de marée publicitaire de la Nasa à propos de cette planète « habitable » peut prêter à sourire, voire irriter, à la longue, Kepler 186 f n’étant ni la première, ni la dernière planète « habitable » dont on ne saura probablement rien de plus avant quelques décennies ou quelques siècles.
Car, avant d’aller barboter parmi les exopoissons et les exoalgues, dans les exoocéans de Kepler 186 f, demandons nous comment nous pourrions en savoir plus sur l’habitable planète… Sa masse et sa densité, par exemple, qui donneraient une indication sur sa nature : planète gazeuse, liquide, rocheuse ? Nous les connaîtrons sans doute dans les dix ans qui viennent. Car les astronomes vont continuer à étudier les révolutions des cinq planètes de Kepler 186, ce qui permettra de détecter les perturbations gravitationnelles des planètes entre elles, et, partant, d’évaluer leurs masses. La présence d’une atmosphère autour de la planète ? Ce sera beaucoup plus difficile, quoique pas impossible, si les transits peuvent être observés avec une nouvelle génération de télescopes spatiaux, plus puissants que Kepler. La courbe de luminosité des transits pourrait permettre de déterminer l’existence et l’épaisseur d’une éventuelle atmosphère. C’est pour dans dix ou vingt ans. Et c’est tout.
Pour aller plus loin, il faudrait pouvoir analyser la lumière émise par la planète, c’est mission impossible, pour longtemps, comme nous allons le voir. Reprenons : Kepler 186 f se situe à 53 millions de kilomètres d’une étoile elle-même distante de 500 années-lumière. Essayons déjà de prendre une simple photographie de la planète, où elle apparaîtrait comme un point à côté de son étoile. D’abord, il faut que l’image soit assez nette pour que la planète soit séparée de son étoile. En termes d’optique astronomique, la planète se trouve à 0,002 seconde d’arc de l’étoile, c’est l’angle qui les sépare. Pour séparer les deux astres, une optique de 200 mètres environ est nécessaire. Reste encore à détecter la planète ! Or, à 500 années-lumière de distance, une planète de la taille de la Terre est invraisemblablement pâle. Les astronomes disent que sa magnitude avoisine 35… Observer un astre de magnitude 35 à 0,002 seconde d’arc de son étoile, aujourd’hui, relève de la science-fiction. Aucun projet de télescope futur, que ce soit l’un des télescopes géants de 20 à 40 mètres de diamètre que les astronomes projettent de mettre en service au cours des années 2020, ou un télescope spatial, comme le JWST, qui entrera en service au tournant des années 2020, ne sera capable d’un tel exploit.
Il faudra, pour observer et étudier les caractéristiques de la planète Kepler 186 f, attendre, si de tels projets continuent alors à être financés, un engin de plusieurs centaines de mètres de diamètre. Ce sera, d’ailleurs, la seule finalité d’un tel hyper télescope : étudier en détail les exoplanètes. Car pour un astronome ou un planétologue, nul besoin pour une exoplanète d’être « habitable » ou pas : ces astres, tels Jupiter et ses satellites de glace, Saturne et ses anneaux, Vénus et sa fournaise, Mars et ses déserts, sont passionnants en soi… Sauf qu’une planète « glamour » comme Mars et ses Martiens dont on rêve et que l’on recherche en vain depuis quatre siècles, est l’objet de plus d’attention, et de financements, qu’une planète morte, comme Mercure. Rappelons-nous que la Nasa a cessé brusquement ses missions martiennes après les sondes Viking, qui avaient prouvées à la fin des années 1970 qu’il n’y avait pas – immense déception à une époque où les extraterrestres étaient à la mode – de vie sur Mars. Dès l’instant où ces conclusions ont été remises en cause par les chercheurs, les dollars, et les missions ont afflué de nouveau vers les Martiens, que l’on ne recherche plus désormais à la surface mais sous la terre, là où on ne peut pas les atteindre.
Les décennies qui viennent pour l’exoplanétologie, de ce point de vue, seront décisives. Au delà des effets d’annonce, de ces planètes « habitables » qui seront régulièrement découvertes, mais qui finiront forcément par décevoir ou lasser – car l’on peut parier ici que l’on ne trouvera pas de planètes habitées, si il en existe dans notre coin de Galaxie, dans les décennies qui viennent, la technique ne le permettra pas – il faudra convaincre les décideurs scientifiques et politiques de continuer à financer l’une des plus belles disciplines de l’astronomie, l’exploration de mille milliards de mondes.
Serge Brunier de science et vie.

_________________
L’amour est la seule arme redoutable que possède un Magiste blanc contre ceux qui sème la haine….
Revenir en haut Aller en bas
http://stores.shop.ebay.fr/Eso-Divina-Fournitures-esoteriques__W
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: KEPLER-186F, UNE AUTRE TERRE À 490 ANNÉES-LUMIÈRE   Mar 6 Mai 2014 - 23:25

De la désinformation dans l'information le tout pour détourner l'attention. 1 Pierre 2 coups ! Bien vu Admin ! Smile
Pourquoi aller chercher ailleurs ce que l'on a sous le nez ?? L'Homme veut aller haut alors qu'il ne sait pas voir sur quoi il repose.
Petite citation d'un inconnu : "La seule chose que l'on commence par le haut c'est creuser son trou......"
Plus on cherchera ce que l'on peut faire en bas, plus on découvrira ce qu'il y a en haut. Cela s'appelle l'Humilité ! "Heureux le faible en esprit, le royaume de Dieu lui est ouvert".... Smile
Revenir en haut Aller en bas
saisons0
Mage en confirmation
Mage en confirmation
avatar

Date d'inscription : 12/01/2012

MessageSujet: Re: KEPLER-186F, UNE AUTRE TERRE À 490 ANNÉES-LUMIÈRE   Mer 7 Mai 2014 - 10:24

Quant on voit l'état de notre planète et sa dégradation et ce par la faute de l'homme pourquoi allez voir plus loin? pour faire encore les mêmes erreurs et détruire ce qui n'a pas encore été touché par sa main!!!! iL devrait plutôt pensé à conserver ce qu'il a sous les pieds et faire en sorte que notre planète ne souffre plus de tous ses erreurs.
Revenir en haut Aller en bas
 
KEPLER-186F, UNE AUTRE TERRE À 490 ANNÉES-LUMIÈRE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quelle est la vitesse du tableau ? (référentiel, géocentrisme, latitude, heliocentrisme, voyage vers Mars...)
» Découverte d'une étrange planète plus noire que le charbon
» "Mon Nouveau Paradis sur Terre durera Mille Années", nous révèle le Père !
» Fermi
» Michel Mayor: «De la vie ailleurs que sur Terre? C’est très probable»

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L’ésotérisme des Néfilims. :: Ésotérismes Rubriques Classés :: Astronomie et espace-
Sauter vers: